• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Un premier emploi est toujours quelque chose de stressant

Un premier emploi est toujours quelque chose de stressant - William Johnson

Ma nièce Élodie vient de décrocher son premier emploi. Bon évidemment c’est un travail temporaire qui lui servira à l’aider à payer ses études. Elle vient d’être admise au programme de baccalauréat en Sciences infirmières de l’Université de Montréal. Pas besoin de dire à quel point mon frère Marc est fier. Lui qui est ingénieur en aéronautique et dont le fils vient d’être reçu par l’Ordre du Barreau du Québec, il souhaitait que sa fille puisse aussi être confortablement installée dans la vie. Il a toujours soutenu ses enfants et les a encouragés à poursuivre leurs études le plus longtemps possible. Donc, quand Élodie lui a parlé qu’elle aimerait trouver un travail à temps partiel pour l’aider, il n’a pas hésité à en parler avec une amie de longue date de sa femme. Elle possède plusieurs centres d’esthétique qui se spécialisent en épilation laser. Elle était d’ailleurs justement à la recherche d’une réceptionniste pour faire les soirs et le samedi. Comme elle connaît Sylvie et Marc depuis plus de vingt ans, elle connaît donc Élodie depuis pratiquement sa naissance. C’est donc sans hésitation qu’elle l’a engagé. Élo était vraiment contente car en plus d’avoir un revenu qui lui permettrait de payer ses études sans devoir trop s’endetter, elle aura la chance de bénéficier de soins de beauté gratuitement. Elle fait donc d’une pierre deux coups. Je connais une nièce qui pourrait peut-être recevoir la visite d’une tante certains samedis. Qui sait si les avantages sociaux ne pourraient pas s’étendre à un niveau familial supplémentaire. Je blague bien sûr, mais sérieusement je cherchais justement une clinique d’esthétique pour des traitements d'épilation adaptés à mes besoins. C'est-à-dire à un ours velu qui a peur d'avoir mal et de grogner à chaque poil qui lui sera extirpé... Eh oui… Je déteste avoir mal !!!

 

The author:

author

Sportif dans l’âme, William est un homme d’action! Ses années d’athlétisme lui ont valu une forte reconnaissance tant au niveau collégial qu’universitaire. Il va sans dire qu’il adore couvrir le sport mais se passionne aussi pour beaucoup d’autres sujets : touchant de près ou de loin l’humain. Rigolo à ses heures on aime bien le lire pour ses textes pince-sans-rire et sans prétention. William Johnson, le blogueur à suivre!