• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Les joies et les désagréments des partys de Noël de bureau

Les joies et les désagréments des partys de Noël de bureau - William Johnson

Je suis marié depuis 3 ans à une femme merveilleuse, qui travaille pour une grosse compagnie dans le domaine de l’aéronautique. Les conjoints sont toujours invités au grandiose party de Noël des employés qui a lieu dans un bel hôtel de la Rive-Sud de Montréal. Donc, il y a deux ans, à son party de Noël, j’ai été assis à côté d’une dame de la comptabilité qui voulait absolument me faire la conversation mais qui n’entendait pas un seul mot de ce que je disais à cause de son acouphène et du volume élevé de la musique. Voulant être poli avec elle j’ai essayé d’être attentif quand elle me parlait de budget. Évidemment, j’ai terminé la soirée avec un gros mal de tête. L’année dernière, encore au party de Noël de ma conjointe, je me suis retrouvé assis à côté d’un ingénieur de l’entreprise. Il était gentil mais il se prenait pour un conseiller financier, il n’y a aucun doute là-dessus. Pendant tout le souper il m’a posé des questions interminables et a monologué. Avez-vous une maison ? Un Reer ? Avez-vous des enfants ? Ils ont quel âge ? Avez-vous un régime d’épargne-études ? Et là, il m’a fait la morale car non on n’a pas de régime d’épargne-études pour nos enfants, c’est un choix qu’on a fait et cela ne fait pas de nous des parents inconscients. J’avais juste envie de m’enfuir, mais je suis resté là avec un sourire poli à hocher la tête de temps en temps pendant qu’il tenait son discours. Ma douce a bien essayé de me sauver, mais elle était pas mal sollicitée à droite et à gauche pour danser et moi je ne danse pas du tout. Alors quand elle m’a demandé en novembre, avec un sourire malicieux, si je l’accompagnais à son party de Noël, devinez ce que j’ai répondu

 

The author:

author

Sportif dans l’âme, William est un homme d’action! Ses années d’athlétisme lui ont valu une forte reconnaissance tant au niveau collégial qu’universitaire. Il va sans dire qu’il adore couvrir le sport mais se passionne aussi pour beaucoup d’autres sujets : touchant de près ou de loin l’humain. Rigolo à ses heures on aime bien le lire pour ses textes pince-sans-rire et sans prétention. William Johnson, le blogueur à suivre!