• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Des travaux en vue !

Des travaux en vue ! - William Johnson

J’avais besoin de faire un doublage de mes combles par un faux-plafond. Heureusement, j’avais l’outillage nécessaire. Pour tracer correctement mes repères sur mes matériaux pour l’isolation, un crayon de charpentier, un fil à plomb, un niveau à bulle, un cordeau à tracer et un mètre à ruban étaient indispensables. Je les avais déjà utilisés dans une précédente rénovation de ma maison. Une scie égoïne et une règle de maçon en aluminium me serviraient pour poser les complexes isolants. C’est ainsi qu’on dénommait, dans les revues professionnelles que je lisais, le matériel qui servait à protéger les habitants du froid ou du chaud, et de toutes les autres sortes d’intempéries.

Je savais que je devrais poser une ossature métallique pour mettre mes panneaux en laine de chanvre. Une cisaille grignoteuse était un de mes outils préférés pour ce genre de travaux. J’ai constaté que le résultat final était plus soigné, alors que je faisais beaucoup moins d’effort. Mon beau-père, qui était très bricoleur, m’avait conseillé d’essayer. J’étais peu confiant, au début, mais, finalement, je n’avais plus jamais fait autrement depuis ce jour-là. J’avais opté pour un matériau écologique après m’être longuement documenté. Il s’avérait qu’il était très performant et que les poussières rejetées n’étaient pas polluantes ni irritantes. Par contre, le port d’un masque était tout de même nécessaire durant sa manipulation. J’avais appris que la chènevotte est la partie de la tige de cette plante utilisée pour obtenir du mortier de chanvre. Je comptais aussi essayer d’en fabriquer dans un prochain aménagement. Mais, ce que j’avais choisi, était les panneaux de chanvre.

J’en avais trouvé dans une entreprise en ville. J’étais allé chercher ma commande quand ma fille était allée suivre son traitement de l acné. C’étaient des rouleaux, et non pas des panneaux, comme j’avais eu l’habitude d’en poser. J’avais effectué un stage où j’avais appris les différentes techniques de pose d’isolation de matériaux naturels. Celui que j’avais choisi était imputrescible et assurait une bonne répulsion des rongeurs. Malgré la présence du chat, d’indésirables loirs se logeaient parfois dans le toit. J’espérais qu’ils cesseraient leurs cascades que j’entendais dans la nuit, au printemps principalement. Cet isolant insonorise très bien et sa réputation anti-feu n’est plus à faire. Toutes ses performances m’avaient conforté dans mon choix. J’avais prévu de commencer à m’activer dès le weekend prochain. Un de mes amis devait venir pour m’aider. Il avait envie d’apprendre ma façon de faire. Tout était bien organisé pour les travaux.

 

The author:

author

Sportif dans l’âme, William est un homme d’action! Ses années d’athlétisme lui ont valu une forte reconnaissance tant au niveau collégial qu’universitaire. Il va sans dire qu’il adore couvrir le sport mais se passionne aussi pour beaucoup d’autres sujets : touchant de près ou de loin l’humain. Rigolo à ses heures on aime bien le lire pour ses textes pince-sans-rire et sans prétention. William Johnson, le blogueur à suivre!